Voilà, nous nous sommes relancés dans l'aventure. Quelle aventure? La GRANDE aventure...

Déjà parents d'une adorable poupinette, nous attendons un 2ème babyzou.

Félicitations! Quelle grande joie. Vous devez être tellement heureux!

Oui. Nous sommes heureux. D'agrandir la famille, d'offrir un petit frère ou une petite soeur à Lucie. De connaitre pour la seconde fois cette énorme bouffée d'amour.

Heureux, et épuisés.

Parce que la grossesse d'un deuxième n'a rien à voir avec la grossesse du premier. Adieux, nuits rallongées et après-midi séries. Il faut être au taquet tout le temps. D'autant plus que la poupinette monstruosaurus sait exploiter nos faiblesses. Elle qui était adorable auparavant a finalement choisi:

  • de ne plus se nourrir de légumes, leur préférant le pain et le Kiri,
  • de se lever à 5h30 du mat', c'est tellement marrant de voir les parents avec de grosses cernes,
  • de faire d'énormes crises quand vient l'heure de quitter le parc,
  • de ne plus s'habiller le matin,
  • ... et j'en passe...

Oui, je sais, elle a 1 an et demi, tout ça est normal... Mais gérer toutes ces petites crises quotidiennes pompent un peu plus notre énergie chaque jour.

Si on ajoute à ça du boulot par dessus la tête, et des clients maniaco-dépressifs... Je me transforme moi-même en...

Dinde fatiguée

 

Bref! Si seulement je pouvais boire une petite bière le soir... Si seulement, nous pouvions mettre la poupinette en veille...

Et si seulement nous ne me rappelions pas constamment que ce que je vis, ce n'est rien. Tu sais, tu n'en a qu'une à gérer, ce n'est pas compliqué. Et puis elle est petite, tu verras quand tu devras gérer les crises d'enfants de 7 ans. Et puis, tu es en bonne santé, de quoi te plains-tu? Et puis tu n'es enceinte que de 5 mois, tu es dans le meilleur trimestre. Et puis se lever à 6 heures du matin, c'est le quotidien de beaucoup de gens. Et puis si tu ne sais pas gérer maintenant, comment feras-tu quand tu auras les 2?... Et bla bla bla...

Certes. Mais s'il vous plaît... Laissez-moi AU MOINS le droit d'etre fatiguée (et de pouvoir m'en plaindre de temps en temps).